Conseil municipal du 24/10/2019 de Paulhan, une information du maire à confirmer et à étayer

Le jeudi 24 octobre à l’issue du Conseil municipal, le maire de Paulhan a informé les élus qu’une friperie associative allait s’installer dans l’ancienne épicerie Jourdan, un bâtiment que la précédente municipalité avait acheté en vue de le démolir dans la perspective d’une réhabilitation des halles voisines. Et le maire, Claude Valero, nous a d’ailleurs indiqué le coût des travaux de remise en état, autour de 10 000 €, pour des travaux qui devaient démarrer très rapidement.

Les Halles et l'ancienne épicerie Jourdan
Le bâtiment de l’ancienne épicerie qui jouxte les Halles s’intègre dans un projet global de réhabilitation de ce bâtiment caractéristique de Paulhan.
Ancienne épicerie Jourdan
Le bâtiment, sur deux niveaux, de l’ancienne épicerie Jourdan (façade en panneaux de bois au rez-de-chaussée), propriété de la commune depuis 2013.

Sauf qu’une collectivité locale ne fonctionne pas comme un ménage ou comme une entreprise qui peut décider librement de dépenses et d’investissements dans ses propres locaux. Une mairie, dont les dépenses sont encadrées par un budget, doit avoir prévu de telles dépenses annuelles, au travers d’une opération d’investissement. Et il s’y ajoute les contraintes de sécurité et d’accessibilité, surtout dans le cadre d’un établissement recevant du public (ERP). Quant à l’occupation des locaux, elle doit faire l’objet d’un contrat (bail ou convention) voté par le Conseil municipal

Alors rien d’impossible à voter en Conseil municipal une modification du budget de l’année 2019, d’une forme de contrat d’occupation et de faire des travaux qui soient conformes aux normes de sécurité et d’accessibilité (le préventionniste du SDIS34 est là pour apporter ses conseils en amont), mais cela ne se fait pas dans l’immédiateté.

J’y ajoute que le maire de Paulhan avait diligenté une révision générale du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la commune, au travers d’une délibération du Conseil municipal en juillet 2015, et qu’à cette occasion le centre de notre village avait vocation à faire l’objet d’une opération d’aménagement et de programmation (OAP), une OAP patrimoniale que j’ai défendu à l’occasion des multiples réunions de la commission d’urbanisme de la mairie. Or, autant les élus de la majorité étaient prompts à travailler sur des OAP pour des extensions urbaines, autant notre cœur de village est resté oublié, relégué à une vague opération de redynamisation de bourg-centre qui en réalité ne servait qu’à rechercher des subventions ; mais pour des opérations déjà dans les tuyaux, comme la médiathèque ou la voie verte. « Gouverner, c’est prévoir« , et en l’occurrence cela nécessite un travail de prospective urbaine qu’il n’est plus temps d’occulter.

Mais notre maire à cette forme de naïveté légère, faisant croire à tous que d’un coup de baguette magique il peut tout faire. Ainsi, et à l’écouter d’une oreille angélique, il aurait déjà racheté la cave coopérative, rénové la gare, achevé les aménagements du cimetière, impulsé la reconstruction de la station d’épuration des eaux usées, etc. Donc, pour les grands enfants que nous sommes tous encore un peu, on peut écrire au Père Noël, c’est au 19 cours national à Paulhan 😉

Laisser un commentaire