Le CoDev du Cœur d’Hérault sur le chemin d’un Projet Alimentaire Territorial

Le gouvernement d’Édouard Philippe a lancé en 2017 les États généraux de l’alimentation dont les conclusions ont donné lieu à la « loi Alimentation (ou EGalim) » le 30 octobre 2018. Ses principaux chapitres portent sur le revenu des producteurs, les conditions sanitaires et environnementales de production, le bien-être animal, une alimentation saine, sûre et durable, et enfin l’utilisation du plastique. Pour les écologistes, cette loi a pris l’angle de la production et de la vente alors que l’angle des pratiques alimentaires aurait été plus conforme aux exigences de santé humaine et de préservation de notre environnement.

En 2018, la Région Occitanie a lancé une concertation citoyenne pour faire de l’alimentation une grande cause régionale. Et le 20 décembre 2018, l’assemblée régionale a adopté son « Pacte régional pour une alimentation durable en Occitanie ». Et ce Pacte mis en œuvre dès janvier 2019 repose sur 6 orientations stratégiques permettant d’agir sur l’ensemble des enjeux concernés par l’alimentation :
1. Valoriser le patrimoine alimentaire régional
2. Structurer des filières alimentaires durables
3. Éveiller, informer et former pour des choix alimentaires éclairés
4. Favoriser la solidarité et la citoyenneté alimentaires
5. Faire de l’alimentation un pilier de la transition écologique
6. Faire de l’Occitanie un laboratoire d’innovation pour l’alimentation de demain

Et à partir des priorités fixées par les citoyens, la Région a identifié 10 actions phares qui seront mises en œuvre dans le futur Pacte :
– Accompagner les agriculteur.rice.s vers des pratiques visant à diminuer l’utilisation de pesticides et de traitements phytosanitaires de synthèse à travers des contrats de transition agricole durable
– Organiser les assises régionales de la distribution alimentaire (grandes et moyennes surfaces, grossistes) pour soutenir les producteurs locaux dans leur droit à une juste rémunération
– Développer et soutenir de nouveaux réseaux de distribution (magasins de producteurs, marchés, criées, e-commerce) pour augmenter l’achat de produits locaux au juste prix
– Créer une centrale régionale alimentaire de produits locaux, bio et de qualité en partenariat avec les initiatives existantes
– Initier les jeunes au bien manger et à l’utilisation de produits locaux, de qualité et de saison, par des cours de cuisine et des activités pédagogiques telles que la création d’un foodtruck
– Valoriser et former les jeunes aux métiers de demain en agriculture, agroalimentaire et restauration en multipliant les rencontres avec les professionnels pour sensibiliser et susciter des vocations, et en s’appuyant sur les Cités des métiers et de l’orientation.
– Récompenser les initiatives exemplaires de lutte contre le gaspillage alimentaire et de réduction des emballages en allant vers l’objectif « Zéro plastique en resto’co »
– Accompagner les initiatives citoyennes en faveur d’une alimentation durable avec notamment la création d’un « Printemps de l’alimentation durable », manifestation citoyenne et festive autour de la question alimentaire
– Favoriser le développement d’épiceries sociales, solidaires et ménagères et des initiatives d’accompagnement permettant à tous d’accéder une alimentation de qualité
– Accompagner financièrement la transition pour une meilleure prise en compte du bien-être animal, durant l’élevage, le transport et l’abattage des animaux

C’était important de donner ces éléments de contexte nationale et régional pour mieux apprécier la démarche entreprise par le Conseil de Développement (CoDev) du Pays Cœur d’Hérault qui lance ses États généraux de l’alimentation. Et si le CoDev se veut être une courroie de transmission entre les élus du Syndicat de Développement du Pays et ses 80 000 habitants, comme il l’a fait fin 2018 pour le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), le CoDev se veut ici être force de proposition. Le Pays Cœur d’Hérault n’est pas entré dans une démarche de Plan Alimentaire Territorial (PAT), comme le permet l’article 39 de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt (LAAF) du 13 octobre 2014 ; dans l’Hérault, seules la Métropole de Montpellier et la Communauté du Grand Pic Saint-Loup ont un projet en cours d’élaboration.

Aussi, le projet porté par le CoDev, et qui s’étalera sur toute l’année 2019, pourrait servir de socle à un PAT pour le Cœur d’Hérault. Trois rendez-vous citoyens sont programmés, le 26 janvier à Péret, le 8 février à Lodève et le 21 février à Tressan, et ils constituent une première étape de recueil des points de vue et des attentes en matière d’alimentation. C’est important d’y participer activement.

Laisser un commentaire

Fermer le menu