Paulhan – La Barthe : le commerce de détail ne s’y développera plus, au profit du village

A la question posée dans le public de la réunion sur la revitalisation du centre-ville, et sur l’installation de nouveaux commerces sur la ZAE de la Barthe, le maire de Paulhan, Claude Valéro, a été catégorique : il n’y aura pas de nouveau commerce [de détail] sur l’extension foncière prévue dans le dossier de réalisation de cette zone d’activité (sur le secteur IVAUc du PLU).

Secteur IVAUc du PLU de Paulhan - Extensions urbainesEn effet, la zone d’activité de la Barthe comporte encore deux secteurs non aménagés, chacun d’environ 2 ha. Cet aménagement relève de la compétence de la Communauté de communes du Clermontais, et le projet comporte deux difficultés ; la première est de buser le ruisseau Méric tout en respectant les exigences de la loi cadre sur l’Eau, et la seconde est d’acquérir le foncier appartenant à un propriétaire privé. Le plan d’aménagement et les travaux ne pourront commencer que lorsque ces deux contraintes seront levées.

A noter que le PLU de Paulhan avait été modifié en décembre 2009, et dans le sens inverse. A l’époque, l’installation de Carrefour et de Point S étaient conditionnée à ce que ce secteur de la commune soit exclusivement destiné aux activités de commerce et de service, et la première modification du PLU de Paulhan a donc formellement « interdit toute activité industrielle, artisanale, de production ou de stockage, ainsi que toute installation ou construction qui n’est pas directement liée à une activité de commerce ou de service ». Il faudra donc modifier le PLU pour autoriser l’installation de certaines activités.

J’ajoute qu’à l’époque c’est moi qui ai signé le permis de construire de Logo_Carrefour_Contact, et que la mairie avait mis plusieurs conditions pour cette installation : une harmonisation des prix avec le Logo_8_a_Huit situé boulevard Voltaire, l’embauche de tout le personnel du Logo_8_a_Huit (le gérant et son épouse restaient seuls pour une surface de vente réduite), et le paiement pendant 3 ans du loyer de ce magasin du centre-ville. Ces exigences devaient permettre au gérant du Logo_8_a_Huit de recalibrer son activité, dans l’objectif qu’il se maintienne à cet endroit. Ça n’a pas été le cas, mais la raison est d’ordre privé.

Le rôle du comité consultatif municipal pour la revitalisation du centre-ville est prépondérant pour tous ces aménagements commerciaux, avec la présence en son sein de commerçantes du centre-ville qui sont entendues. Mais je le répète encore, il ne faut pas que ces réflexions en interne du comité consultatif soient confiscatoires d’une plus large concertation, avec l’ensemble du conseil municipal, avec l’ACA2P, avec les chambres consulaires et avec la population. Le comité doit donc s’ouvrir à des réunions publiques, par thématique ou par secteur.

Laisser un commentaire

Fermer le menu