Paulhan, une majorité municipale qui méconnait les besoins réels de réfection de la voirie communale

Le conseil municipal de Paulhan n’avait que cinq points à son ordre du jour ce jeudi soir ; le sixième point relatif à la création d’un périmètre d’étude sur le quartier Gare (cf. ma précédente note) ayant été supprimé en début de séance.

La suppression de la régie de recette de la bibliothèque, une convention avec une association pour occuper les locaux de l’école, une délibération concomitante avec la Communauté de communes pour le transfert de charge lié à un centre de loisir attaché à l’école de Cazouls-d’Hérault et l’opération « 8000 arbres » ont donné lieu à des échanges courtois et constructifs, seul Christian Ballester s’abstenant sur chacun de ces points.

Mais c’est le point n°4 qui a fait monter la tension autour de la table du Conseil, pour un dossier de demande de dotation de solidarité nationale en faveur de l’équipement des collectivités territoriales touchées par des évènements climatiques (la DSEC). L’équipement concerné est la rue de la Rouquette Haute que les intempéries du 23 octobre auraient gravement endommagée. Le rapport évoque que « la couche de roulement a été emportée sur une surface de 680 m2, et que les bordures de trottoir ainsi que les bordures centrales ont été arrachées sur une longueur de 70 mètres ». Les travaux pour remettre cette route dans son état initial ont été évalué par l’entreprise TPSO à 23 582 € HT, et la dotation de l’État serait de 30%.

Sauf que la réalité est très loin de cet exposé-là, comme en témoignent les photos ci-après :

Rue de la Rouquette Haute (descente avec partie sinistrée au milieu)

Rue de la Rouquette Haute (montée avec partie sinistrée au premier plan)

Enrobé emporté sur quelques mètres

Le devis de TPSO comporte 72 mètres de bordures de trottoir T2 et 20 mètres de bordures de caniveau CC1, ce qui révèle que l’opération envisagée et subventionnée consiste en réalité à créer un nouveau trottoir !

La rue de la Rouquette Haute n’est pas la plus mal en point de la commune, et les dégâts que montrent ces images sont sans commune mesure avec ce que des paulhanais ont subi fin octobre 2019. Et pour réparer ce ravinement de chaussée, les employés municipaux (qui ne manquent pas de goudron ces temps-ci) peuvent faire le nécessaire pour une remise en état … vraiment à l’identique.

Il nous semblait vraiment indécent, en ce moment où des besoins de réhabilitation de chaussées et de trottoirs sont prégnants, que la commune mettre près de 30 k€ d’argent public sur une voie qui n’est vraiment pas prioritaire. Notre groupe (auquel s’est joint désormais la conseillère municipale Patricia Wehrmeijer) a voté contre cette demande de dotation.

Laisser un commentaire

Fermer le menu