Pourquoi faire mentir les données budgétaires du mandat écoulé ?

En début de semaine à Paulhan, les habitants ont reçu dans leur boîte aux lettres un livret de quatre feuilles retraçant le bilan financier du mandat du maire sortant ; je précise « financier », car il n’y a aucune analyse qualitative sur le mieux vivre à Paulhan depuis 6 ans, et il n’y a rien non plus vis-à-vis des promesses du candidat Valéro en 2014.

Alors les images comme les chiffres de ce document sont tous le reflet d’une réalité budgétaire de 2014 à 2019, incontestable, mais c’est le tableau de dernière page qui m’a étonné. Déjà sur la forme, de vouloir ainsi comparer son mandat à celui de son prédécesseur, ça situe la démarche au niveau de la cour de récréation ; du type « j’ai plus de billes que toi », « j’ai plus de copines » ou d’autres trucs de style-là. En tous cas, un tel comparatif est puéril, et il l’est d’autant plus que ce tableau est une énormité en soi. La maire-candidat semble ne toujours pas maîtriser la matière budgétaire, et il se contente ici de produire un tableau que ses services municipaux lui ont remis ; il nous en avait déjà servi quelques extraits en conseil municipal lors du débat d’orientations budgétaires (DOB) au mois de février.

Mais ici, il n’est pas évident de comprendre à quoi correspondent les chiffres qui y sont présentés. Donc commençons déjà avec les comptes administratifs officiels de la commune pour les années 2016 à 2019 (ceux transmis à la DGFiP).

Budget prévisionnel de la section d'investissement pour l'année 2016 Budget prévisionnel de la section d'investissement pour l'année 2017
Budget prévisionnel de la section d'investissement pour l'année 2018 Budget prévisionnel de la section d'investissement pour l'année 2019

Et voilà ci-après le tableau donné par le candidat Valéro dans son document-bilan, avec des chiffres qui « ne collent pas » … Mais cela permet déjà de comprendre qu’il s’agit des budgets prévisionnels d’investissement, parce que cela n’était pas clairement indiqué dans cette dernière page.

L'addition de prévisions ne fait pas une prévision totale ...

La colonne des budgets prévisionnels est aberrante, et elle ne sert ici qu’à illustrer que le maire sortant aurait réalisé la moitié des investissements prévus, quand son prédécesseur n’en aurait réalisé qu’un tiers. Oh la belle démonstration !!! Sauf que dans un prévisionnel, des opérations qui sont reportées d’une année sur l’autre n’ont pas être comptées autant de fois, et l’addition n’a donc absolument aucun sens. C’est comme si un ménage prévoyait d’acheter une voiture pour 20 k€, et qu’il reportait cinq années consécutives un tel projet (pour toutes les bonnes raisons possibles) ; pourrions-nous dire qu’il avait prévu de mettre 100 k€ pour s’acheter une nouvelle voiture ?

Pour preuve de l’absurdité d’une telle colonne, voici trois opérations emblématiques du mandat écoulé : la bibliothèque, la seconde tranche du groupe scolaire et les ateliers municipaux. Ci-après la prévision budgétaire sur ces trois opérations de 2014 à 2019 ; figurent pour chaque année le prévisionnel (BP) et le réalisé (CA) :

Le budget présionnel et le réalisé sur trois opérations du mandat

Sur une opération comme les ateliers municipaux, 240 k€ ont été inscrits aux budgets 2014 puis 2015 sans être réalisés ; idem en 2016 avec une inscription de 215 k€ réalisée à seulement à 11%. Ainsi, en additionnant toutes les prévisions budgétaires de 2014 à 2019 pour cette opération-là, le total est de 1,99 M€, alors que cela a coûté 867 k€. Et cela vaut aussi pour la bibliothèque et le groupe scolaire, où les prévisions budgétaires cumulées sont respectivement de 2,4 M€ et 7 M€. Or, le groupe scolaire a mis trois ans pour vraiment voir les travaux démarrer, et les prévisions en 2014 et 2015 (de plus de 2 M€) n’ont pas été réalisées.

Et puis viennent les colonnes de comptes administratifs, c’est à dire de ce qui a été réalisé en dépenses et en recettes d’investissement. Alors là encore, confrontons la réalité des comptes administratifs officiels avec le tableau présenté dans ce tract.

Le compte administratif 2017 pour la section d'investissement Le compte administratif 2018 pour la section d'investissement

Comme le montrent ces documents, les résultats d’investissement en 2017 sont de 2,46 M€ en dépenses et 1,75 M€ en recettes, puis 1,52 M€ en dépenses et 1,65 M€ en recettes pour 2018. En dehors du premier nombre qui est le même dans les deux sources, les trois autres sont différents.

Des résultats d'exercices en investissement ... gonflés.

Mais ce qui est étonnant, c’est que ce soient l’ensemble des résultats d’exercice qui sont repris, car en général on mesure les efforts d’investissement aux seules opérations d’équipement. A la limite, on peut aller jusqu’aux dépenses réelles d’investissement, mais d’y intégrer les opérations d’ordre fausse le résultat. On voit par exemple qu’en 2017 il y a 453 k€ d’opérations patrimoniales, en recettes comme en dépenses, ce qui gonfle abusivement le résultat présenté ; idem en 2018 avec 104 k€ d’opérations patrimoniales.

Ainsi, on fait dire ce que l’on veut aux chiffres, mais le plus simple n’est-il pas de les rendre transparents, pour que chacun puisse se faire son avis ?

Dernier point de cette dernière page du document-bilan du maire sortant, l’affirmation que « la municipalité n’a pas engagée de nouveaux emprunts », alors qu’un emprunt de 1,5 M€ a été inscrit au budget prévisionnel de 2015 (par cette municipalité élue en mars 2014), et que cet emprunt a bien été réalisé afin de construire la seconde tranche du groupe scolaire Arc-en-ciel.

Pas d'emprunts ...

Un emprunt de 1,5 M€ pour réaliser la seconde tranche du groupe scolaire

Le Trésor Public, qui a réalisé une analyse du budget de la commune sur la période 2014-2018, confirme aussi cet emprunt de 1,5 M€ en 2015 (page 31 du document ci-dessous). D’ailleurs, lors de son envoi à la commune, ce rapport d’analyse n’a pas été fourni à l’ensemble du conseil municipal, ni même aux membres de la commission des finances. Et ce n’est qu’au détour d’une conversation que son existence a été révélé et qu’il m’a été transmis. Il me semble normal de le rendre public, car en cette période électorale il intéresse tous les paulhanais (ci-après en version PDF).

Laisser un commentaire

Fermer le menu